Chocolate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mise au point

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Mise au point   Mer 17 Déc - 9:52

Les rayons de la bibliothèque étaient immenses. Ils avaient toujours impressionné Peter, qui se demandait souvent combien de temps il avait fallu à de simples hommes pour écrire tout ça. Pire, combien de temps il leur avait fallu pour créer toutes ces connaissances. Une éternité. Deux éternités même. Au moins. Il avait mis des années avant de parvenir à se repérer dans ses couloirs sinueux, à comprendre la logique du rangement et à cesser d’harceler la pauvre bibliothécaire, qu’il agaçait, de toutes évidences. Depuis, le jeune homme aimait errer entre ces étagères, et quand il avait le temps, n’hésitait pas à s’emparer de quelques livres au hasard pour les lire dans un coin, juste comme ça. Un peu comme ce jour-là. La pluie, dense et persistante, dissuadait quiconque voulait passer un moment dans les jardins, et les couloirs étaient, de fait, blindés et bruyants. Restait quelques possibilités pour qui voulait un moment de tranquillité, et la bibliothèque, avec son règlement strict, en était clairement une.

Peter faillit perdre l’équilibre au milieu d’un couloir, sa tête tournant sans crier garde. Il sentit le monde léviter autour de lui, s’agrippant à une étagère, avant que cela ne se stabilise, lentement. « Je t’avais dit de ne pas prendre ce cachet, Peter. ». Il ferma les yeux un instant, les muscles crispés. « Non Ester, techniquement, t’as rien dit. ». C’était vrai, le corbeau s’était contenté de lui faire comprendre par son silence coupable que l’action qu’il avait entrepris ce soir-là était nocive. « Tu ne peux pas te droguer sans conséquences, Peter ! Et faire confiance aveuglément à cette Salvage… » « Ta gueule Ester ! Ta gueule putain ! T’es bien placé pour faire la morale, toi qui ne peux rien faire, toi qui ne ressens pas la souffrance que je subis, tous les jours. Alors garde tes leçons de morale pour toi. » Le ton sec du jeune homme était sans appel. Il s’était redressé désormais, et s’éloigna rapidement, à grandes enjambées, pour ne pas rester planté devant son Patronus qu’il ne supportait plus ces derniers jours. Peter tourna à 90 degrés au bout de l’allée, sèchement, mais ne fit que quelques pas avant de s’arrêter net. Quelques tables plus loin, derrière une étagère, était assise Jules, plongée dans un gros bouquin. Jules qui c’était comportée froidement depuis plusieurs jours déjà, lui parlant peu, ou l’évitant carrément. Le Chastain avait préféré lui laisser du mou, la laisser un peu prendre l’air, même s’il ne savait pas vraiment les causes de ces réactions. Mais la voir là, assise seule, lui donnait envie de se pencher au-dessus d’elle, de lui faire une petite blague, d’essayer de renouer, de la faire sourire. Il adorait la voir sourire.

Le Chastain s’avança à pas feutrés, lentement, pour se diriger, accroupis, derrière la demi-étagère à sa droite, faisant fi des regards intrigué de plusieurs élèves passant dans l’allée à ce moment-là. Puis, se redressant d’un coup, il voulut surprendre Jules, la faire rire, sourire au moins, mais sa tentative ne se passa pas tout à fait comme prévue. Son bond, trop fort, lui fit légèrement perdre l’équilibre, et il se sentit partir en avant. Réflexes obligent, il tendit les mains devant lui pour éviter de se manger la petite étagère, qui, en réponse à tant de bêtise, bascula lourdement sur le sol, aux pieds de la sorcière, entraînant de fait son agresseur avec elle. « Non non non non non ! » Il s’étala de tout son long, dans un vacarme impressionnant, des livres volant de partout. « Oups. », dit-il lentement, prenant peu à peu conscience des dégâts. Il fallait ranger, vite, avant que la bibliothécaire ne l’assassine. Peter se releva donc, non sans mal, et redressa l’étagère. Bon, maintenant il restait à y ranger tous les livres. « Euh… Salut Jules, ça va ? », demanda-t-il à quatre pattes, relevant la tête vers la Châteaubriant. Bon, si a ne la faisait pas un tout petit peu rire… il serait vraiment dans une sale galère.


Dernière édition par Admin le Mer 17 Déc - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Mise au point   Mer 17 Déc - 9:53



E
n se levant ce matin là, Jules avait un grand besoin de calme et de tranquillité. Elle cherchait parfois à s'isoler loin de ce brouhaha perpétuel qui pouvait vite lui causer de sérieux maux de tête. Et Jules connaissait l'endroit parfait pour se retrouver au calme : la bibliothèque. Là bas, le silence était d'or. Les élèves se perdaient dans leurs lectures et ne conversait que très peu avec leurs fidèles patronus. Jules aimait bien s'y retrouver. Ce fut donc d'un pas pressé qu'elle traversait l'académie pour aller s'installer dans ce sanctuaire.
Rapidement, elle trouva une table et se laissa tomber sur une chaise en poussant un profond soupir de soulagement.
Orion, dans sa forme de moineau vint se poser sur l'épaule de sa sorcière. Jules sortit son roman de sa besace et repris sa lecture où elle l'avait arrêté. Les aventures de Sherlock Holmes, rien de mieux pour se changer les idées !

Car dernièrement, tout n'était pas rose dans la vie de la jeune fille. Orion essayait de temporiser les réactions de sa sorcière mais c'est qu'elle était bien têtue la demoiselle. Jules ruminait un mécontentement envers son meilleur ami. Elle n'en avait touché mot à l'intéressé et préférait rester dans son coin et éviter le garçon plutôt que lui expliquer le fond de sa pensée. C'est qu'elle était vexée Jules, et quand la demoiselle était dans cet état là, elle avait vite tendance à bouder. Oui, bouder, comme une enfant. Car il s'agissait d'une personne qu'elle aimait vraiment. S'il n'était pas question de son meilleur ami, l'affaire se serait réglée plus rapidement. Elle aurait exprimé directement le fond de sa pensée, et on en parlerait déjà plus. Mais là, il s'agissait de Peter. Et Peter, il ne compte pas pour du jus de citrouille à ses yeux. Alors la demoiselle l'évitait, comme une enfant éviterait son frère qu'elle boude pour X raison.
Orion essayait de lui dire qu'elle ferait mieux d'aller s'expliquer, mais il n'y avait rien à faire, Jules restait dans son coin. Le patronus était cependant tout autant têtu que la demoiselle et ne se gênait pas pour donner son avis à Jules, même quand elle n'avait pas envie de l'écouter.

❝ Tu sais, tu ferais mieux d'aller lui causer plutôt que rester ici à lire ton livre. ❞

Jules ignora la remarque d'Orion et continua sa lecture, imperturbable. Orion lui, leva les yeux au ciel. Il voleta de l'épaule de la sorcière pour venir se poser sur la table, juste devant elle.

❝ Si tu te sens pas bien en ce moment, ce n'est pas à cause de ta capacité a entendre tout le monde, c'est juste que tu es triste de ne plus parler à ton meilleur ami. ❞

Jules referma son livre et fixa Orion dans les yeux. Jules avait un air sûr d'elle, un léger soupçon de mécontentement brillait dans le fond de ses iris.

❝ Si tu n'es pas content, tu peux toujours aller le voir. J'ai bien le droit de vouloir rester tranquille non ? Et puis, ça n'a rien à voir. Ce n'est pas à cause de lui que j'ai mal au crâne dès le matin tout de même ! Je m'en moque. Je vais très bien. Laisse moi tranquille. ❞

Orion fixait Jules alors que cette dernière reprenait sa lecture, tentant en vain de se convaincre elle-même de ses propos.
Orion fit une petite moue, absolument pas convaincu par les paroles de sa sorcière. Ce qu'elle pouvait être têtue parfois.
Et puis, un léger mouvement derrière une étagère attira l'oeil du moineau. L'oiseau n'alerta pas sa sorcière, elle boudait, tant pis pour elle. Orion crut voir une touffe de cheveux dépasser légèrement de cette étagère basse... Qui est-ce qui pouvait bien se faufiler comme ça. A peine s'était il posé la question que la réponse surgit de derrière cette étagère dans un vacarme qui tira Jules de sa lecture.

La sorcière leva la tête, surprise de voir une étagère se renverser à ses pieds et de découvrir un Peter étalé dessus.
Jules se leva d'un coup. Elle tenta, tant bien que mal, de retenir un rire en voyant la tête que tirait Peter, étalé ainsi sur l'étagère.
Jules le regarda se relever, un peu sous le choc de le trouver là, sans réagir. Et puis, après qu'il eut redressé l'étagère, Jules ne put retenir d'avantage ce petit sourire qui s'esquissa furtivement au coin de sa lèvre.
Jules s'approcha alors de son ami et commença à remettre vite tout les livres avant que la bibliothécaire n'arrive.

❝ Tu as toujours eu une façon particulière de chercher un livre toi ... Comment as-tu arrangé ton coup pour faire tomber cette petite étagère ? ❞

Orion était toujours perché sur sa table et regardait avec un petit air satisfait sa sorcière venir en aide à Peter. Elle avait beau être vexée et têtue comme une mule, il était son meilleur ami et elle ne lui tournerait pas le dos pour si peu. M'enfin, le garçon n'était pas sorti d'affaire, il devait se préparer à prendre un sacré sermon de la part de la petite Gray. Elle n'allait pas cesser de bouder sans s'expliquer avec lui une bonne fois pour toutes.


Dernière édition par Admin le Mer 17 Déc - 10:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Mise au point   Mer 17 Déc - 9:53

Putain, ça ne lui arrivait qu'à lui, ce genre de galères. Se retrouver à quatre pattes au milieu de la bibliothèque à essayer de ranger des bouquins avant de se faire engueuler par la bibliothécaire, en pleine journée, alors que des groupes d'élèves passaient continuellement dans les allées. Tout ça pour faire une blague. Peter eut un regard d'immense gratitude quand il vit Jules se mettre à sa hauteur pour l'aider à ranger son bordel. ❝ Tu as toujours eu une façon particulière de chercher un livre toi ... Comment as-tu arrangé ton coup pour faire tomber cette petite étagère ? ❞ Un sourire se dessina sur son visage. « J'l'ai fait exprès, rien que pour t'embêter, tiens. » En réalité, il n'y serait jamais parvenu aussi bien en essayant, force était de le reconnaître.

Le temps pressait. La bibliothécaire allait débouler d'une minute à l'autre, et les excuses lui manquaient. Il était pourtant un jeune homme plein d'imagination. Les livres s'étaient éparpillés partout, vraiment partout, allant même se cacher sous d'autres fauteuils dans d'autres allées. Et même avec l'aide inespérée de sa meilleure amie, Peter doutait d'y arriver. Le seul et dernier recours consistait à lancer un sortilège de rangement, sortilèges pour lesquels il reconnaissait volontiers ne pas avoir le moindre don. Il était déjà incapable d'avoir une chambre claire et rangée... Mais la situation l'exigeait. Si le contexte avait été plus favorable, détendu, ou si Jules ne lui avait pas fait la tête depuis jours, le Chastain se serait peut-être risqué à un pari stupide, qu'il était quasiment certain de perdre mais qu'il lançait comme ça, juste au cas où. Le jeune homme sortit sa baguette et l'agita, crispé, en direction du désastre. A sa grande surprise, la quasi-totalité des livres restant se mit à léviter. C'était inespéré. Les ouvrages lévitèrent donc, et prirent même littéralement leur envol, allant se coller au plafond. Bon... Au moins, ils n'étaient pas par terre... C'était pas parfait, mais c'était un peu de répit assuré avant que la propriétaire des lieux ne le remarque. Soulagé, Peter s'assit sur un bout de la banquette qu'occupait Jules avant l'incident.

Ester vint se poser sur son épaule sans dire un mot. Il n’en avait pas besoin, Peter savait très bien ce qu’il pensait. Bon, il faudrait qu’ils mettent les choses au point aussi, eux. Que Peter présente quelques excuses peut-être. Son regard se porta alors sur les bouquins collés au plafond, et un léger sourire se dessina sur son visage. Il était sûr, au moins, d’avoir des choses à raconter quand il aurait fini ses longues études à Beauxbâtons. Le Chastain rangea sa baguette avec soin avant de se tourner enfin vers une Jules silencieuse. « Merci. », dit-il simplement de prime abord, ne sachant trop que dire après ça, ne sachant pas vraiment les raisons pour lesquelles son amie s’était montrée si distante (ce qui n’était absolument pas dans ses habitudes, d’ailleurs). Il n’avait rien fait de grave, ne lui avait pas fait de coup bas, rien qui puisse la blesser… Enfin, si, probablement, mais il ne voyait pas. Il ne lui restait donc plus qu’à mettre les deux pieds dans le plat, joyeusement, et d’attendre une explication. Connaissant la De Châteaubriant, elle ne tarderait surement pas à venir.

« Comment s’est passée ta semaine ? », commença-t-il, l’air de rien, ses grands yeux remplis de curiosité. « J’imagine que tu dois crouler sous les devoirs… Ça risque d’être difficile cette année. ». Ses yeux se posèrent sur le livre ouvert de Jules. Sherlock Holmes. Ouais, nan, elle devait pas encore crouler sous le travail au point de ne pas pouvoir le voir deux minutes. « Tu mènes une enquête ? », demanda-t-il alors, moqueur, en pointant son livre du doigt, un nouveau petit sourire se dessinant sur ses lèvres.


Dernière édition par Admin le Mer 17 Déc - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Mise au point   Mer 17 Déc - 9:53

J
ules avait observé, sans dire un mot, son ami s’emparer de sa baguette magique et tenter une formule pour ranger tous ces livres en vitesse. La demoiselle s’était alors trouvé partagée entre deux envies opposées : la première, prendre la baguette des mains de Pierre, et ainsi éviter toute catastrophe qu’il pourrait provoquer… la seconde, attendre, sans rien dire, observer, juste parce que souvent, quand Pierre se sert de sa baguette, c’est amusant. Et Jules s’était bien laissée tentée par cette seconde option qui s’offrait à elle.
Peter se lança, sous l'oeil attentif de la demoiselle. Elle avait déjà son sourire qui se re-dessinait discrètement au coin de ses lèvres. A la grande surprise générale, les livres bougèrent... Jules crut d'abord que le sortilège avait marché et qu'ils allaient tous se ranger gentiment avant que quelqu'un ne remarque le problème... mais non, il s'agissait de Peter quand même ! Les livrent s'envolèrent jusqu'à se plaquer au plafond. Jules les regarda avec un mélange de surprise et d'amusement, qu'est-ce que c'était que ce plan foireux où les livres étaient collés au plafond ?? Elle n'avait pas imaginé ça dans les possibilités de retombées catastrophiques au sortilège... C'était toujours mieux que foutre le feu à l'ensemble des livres...

Peter s'assit ensuite à la table qu'occupait la demoiselle avant l'incident. Jules le regarda un instant avant de le rejoindre. Une distance s'était réinstallé et se voyait clairement dans les yeux de la sorcière. Et cela se traduisit par le silence de la demoiselle. Elle ne répondit pas à son meilleur ami, restant de marbre... jusqu'à ce qu'il parlent d'enquête. Au début, Jules ne comprit pas pourquoi il lui demandait ça... Son regard suivit alors celui de Peter pour se poser sur le roman qu'elle lisait en ce moment. Et, alors qu'elle n'avait toujours pas dit un mot, ce terme d'enquête s'immisçait doucement dans l'esprit de la jeune fille... Il traversa son esprit pour venir jusqu'à sa mémoire. Et là, ce simple mot vint éveillé un souvenir ressent mais mis de côté : sa dernière enquête menée. Jules ressentit alors cette immense excitation qui l'habitait à chaque fois qu'elle parlait de ça à quelqu'un. Elle se remémora alors ses derniers échanges avec Peter... Non, non, non, il n'était pas au courant de tout ça !!
Jules laissa un large sourire étirer ses lèvres, au fond de ses yeux brilla cette étincelle, ce brin de passion qui l'habitait lorsqu'elle menait une enquête !
Coup d'oeil à droite, à gauche. Jules se rapprocha de Peter et baissa d'un ton...

❝ Je suis sur un truc énorme !! Ecoute moi bien hein ! Tu as déjà entendu parlé de, "la chambre des voix" ? .❞

Jules fixait Peter, attendant sa réponse. Orion lui, toujours installé sur la table, regardait les deux amis avec un certain amusement. Ce qu'elle était marrante Jules... il suffisait de lui parler "enquête" pour qu'elle oublie tout le reste. C'était bien le meilleur moyen de lui faire changer de conversation sans qu'elle ne s'en rende compte. Orion se retenait donc de rire devant la situation. Quelques minutes plutôt, Jules boudait encore fermement le garçon, mais il lui avait suffit de prononcer ce mot pour qu'elle oublie tout et passe à autre chose...
Enfin non, Jules n'avait certainement pas oublié. D'ailleurs en entendant son patronus pouffer ainsi pour se retenir d'exploser de rire, une sonnette d'alarme se déclencha dans l'esprit de Jules. La demoiselle se recula et fixa Orion... Qu'est-ce qui lui arrivait encore à celui-là ? Jules tourna la tête vers Peter et comprit instantanément. Elle était fâchée contre lui. Prenait bien soin à l'éviter et à lui donner du fil à retorde pour qu'il rame à la retrouver et elle, faisait comme si tout allait bien à vouloir lui parler d'enquêtes... alors que non ! Jules était fâchée.
La demoiselle fit alors une moue mécontente qui amusa encore plus Orion. Elle tentait de remettre de la distance entre elle et Peter mais ce n'était pas facile avec le rire d'Orion qui envahissait son esprit.

❝ Oui bon ça va, ça va ! Orion, calme toi !! ❞

Jules lui fit les gros yeux et le patronus arriva peu à peu à se calmer. Il vint se poser non loin du patronus de Peter. C'est qu'il commençait à bien l'aimer Ester, et Orion lui adressa un regard l'air de dire "cale toi bien, ça va être un spectacle !"

❝ Je ne suis pas sûre d'avoir envie de te voir Peter. Ce n'est visiblement pas d'amis dont tu as besoin en ce moment pour être heureux, n'est-ce pas ? ❞

Et bim ! ça commençait déjà ! Orion regretta vraiment d'être dans la bibliothèque et de ne rien avoir à se mettre sous la dent en guise de pop corn. Il s'installa bien confortablement et observa la suite avec un sourire en coin. Voir Jules et Peter fâché n'était pas ce qui l'amusait, c'était triste de s'embrouiller avec ses amis... Non, ce qui l'amusait c'était Jules. Quand elle se fâchait contre des gens qu'elle aimait, elle était souvent amusante pour lui lors de ses règlements de compte. Car même si elle était fâchée contre Peter, il était son meilleur ami et une histoire comme ça n'allait pas tout gâcher entre eux.


Dernière édition par Admin le Mer 17 Déc - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Mise au point   Mer 17 Déc - 9:53

La lecture de Sherlock Holmes était une chose peu courante à Beauxbâtons, tant les sorciers faisaient fit de la littérature moldue, leur préférant des adaptations grotesques. N'importe qui aurait pu être étonné de voir ce livre ouvert devant une élève de Chateaubriand, mais ces personnes ne connaissaient pas Jules aussi bien que Peter. La sorcière avait en effet une grande culture, et une soif inassouvie de réponses - sur à peu près tout - que Pete admirait, enviait et partageait parfois. La question du Chastain à ce propos fit naître un large sourire sur le visage de son amie, qui s'approcha aussitôt de lui, comme pour lui dévoiler quelques faits croustillants. Peter ne bougea pas, mais un sourire se dessina également sur ses lèvres : Jules avait-elle déjà oublié qu'elle le boudait ? Elle en était bien incapable de toutes façons. ❝ Je suis sur un truc énorme !! Ecoute moi bien hein ! Tu as déjà entendu parlé de, "la chambre des voix" ? .❞

Peter la dévisagea, interloqué. Ouais, il avait déjà entendu parler d'un truc du genre dans les couloirs, mais il n'y avait jamais trop prêté attention jusqu'à aujourd'hui. Une des innombrables salles magiques de l'Académie surement. Ouais, sauf qu'une salle banale n'enthousiasmerait pas Jules de la sorte, c'était peu probable ! « C'est quoi ça ? C'pas la salle de la chorale par hasard ? » Il n'avait jamais été trop branché chorale, trop classique à son goût, et n'avait jamais assisté à une répétition, comme la plupart de ses camarades d'ailleurs. Sauf que ça, venant de Jules, ça puait à des kilomètres ! Avait-elle le projet de les faire monter un groupe dans cette salle, ou un truc casse gueule du genre ? Il n'en était pas, c'était hors de question. Sauf si elle le lui demandait vraiment gentiment... ou s'il pouvait ainsi lui faire définitivement oublier qu'elle boudait, pour une raison toujours aussi mystérieuse.

❝ Oui bon ça va, ça va ! Orion, calme toi !! ❞. Peter releva les yeux du livre ouvert, et surprit un regard assassin délivré par son amie à Orion, assit devant eux, les yeux pétillants de malice. Le jeune homme se demanda ce qui avait pu ainsi la faire changer aussi subitement d'humeur, et envia le don de Jules pour lire les pensées des autres Patronus. Ester le regardait fixement, l'air de dire "moi non plus j'sais pas trop, mais si tu veux mon avis, ça sent pas bon pour ton matricule". Sentant le vent tourner dangereusement, Peter se risqua à changer de sujet : « Eh sinon t'as vu, ya le club de Bavboules de Dijon qu'a été sélectionné pour la Coupe de France ! J'savais pas qu'ils jouaient aux Bavboules à Dijon moi. » Eeuuuh, ouais, il aurait pu trouver mieux. La réponse ne se fit pas attendre longtemps. Elle tomba, sèche. ❝ Je ne suis pas sûre d'avoir envie de te voir Peter. Ce n'est visiblement pas d'amis dont tu as besoin en ce moment pour être heureux, n'est-ce pas ? ❞

Le Chastain sentit les pulsations de son cœur s'emballer subitement. Les joues pourpres comme s'il venait de se prendre une bonne grosse baffe, il détourna la tête pour regarder la fenêtre et camoufler maladroitement son malaise. Les nouvelles allaient vite à Beauxbâtons. « Je suis pas sûr de savoir de quoi tu parles, Jules. », répondit-il avec lenteur avant de relever les yeux pour l'affronter du regard, le visage neutre. Elle voulait qu'ils parlent de ça ? Il n'avait rien contre. Il lui faudrait cependant mettre vraiment les deux pieds dans le plat pour qu'il lui fasse le plaisir de répondre. Et puis, la connaissant, il était probable qu'elle n'ait que quelques brides d'informations et qu'elle exerce une pression pour en apprendre plus. Non, le nom d'Alicia ne sortirait pas de ses lèvres avant elle. « J'ai toujours eu besoin de mes amis, et cela n'a pas changé. Et rien ne fera changer ça. » Peter espérait que cela soit assez clair pour que le sujet soit clos. Il n'avait juste vraiment pas envie de se disputer avec Jules pour ça.

Pete tapota le livre grand ouvert, et demanda, se risquant sur un ton plus enjoué « Bon, elle mène où ton enquête alors ? ».


Dernière édition par Admin le Mer 17 Déc - 10:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Mise au point   Mer 17 Déc - 9:53

J
ules essayait de garder une mine mécontente mais ce n'était pas facile face à son meilleur ami. Elle ne fut pas surprise de l'entendre prétendre ignorer de quoi elle parlait. La demoiselle fut alors embêtée. Une nouvelle fois boudeuse qu'il ne lui en parle pas de lui même, enfin était-ce vraiment de lui-même si c'était elle qui engageait de force la discussion.
Orion n'avait pas bougé, il avait retrouver un air plus calme et sérieux en sentant les émotions de sa sorcière. Elle semblait légèrement déçue et cela embêtait quelque peu le moineau.
Jules décida de répondre, carte sur table, sans tourner autour du pot pour lui tirer les verres du nez

❝ Je parle de ce que tu as fais l'autre soir. Tu vois de quoi je parle maintenant ? ❞

Jules plongea son regard chocolat dans les yeux de son meilleur ami. Elle ne le laisserait pas se défiler et obtiendrait des réponses.
Lorsqu'il parla du fait qu'il n'avait pas changé, Jules se redressa et vint se réinstaller contre le dossier de sa chaise. Elle croisa les bras et quitta son meilleur ami des yeux pour, l'espace d'un instant, regarder distraitement autour d'elle. Elle ne savait pas si sa réaction à tout ça était excessive et exagéré mais elle ne pouvait s'en empêcher. C'était plus fort qu'elle d'être vexée à ce point par la situation.
Peter essaya de changer de sujet et de détendre l'atmosphère mais Jules fit de son mieux pour rester impassible face à la voix plus joyeuse de son meilleur ami et à la discussion qu'il réamorçait. Jules allait lui répondre lorsqu'elle fut interrompue par un livre lui tombant sur la tête.

❝ Aïe ! ... C'est bien ma veine ça ! Je me fais agressée par les bouquins. ❞

Avec leur conversation des plus sérieuse, Jules avait oublié ces livres menaçait accrochés au plafond. Ils pouvaient leur tomber dessus d'une seconde à l'autre... et même tomber tous ensemble... Ce qu'on pourrait appeler une pluie de connaissance.
Orion s'envola de la table et vint se nicher sur l'épaule de sa sorcière, là il risquait un peu moins de s'en prendre un sur la tronche lui aussi.
Jules rangea également son roman avant qu'il ne soit enseveli par une possible chute de livres.

❝ Tu devrais réviser d'avantage des sortilèges Peter... C'est légèrement menaçant ces livres collés là haut ... Ils vont faire un sacré boucans lorsqu'ils ne seront tous plus suffisamment attachés au plafond...❞

Jules voulut tout de même répondre à Peter sur sa question par rapport à l'enquête mais elle semblait avoir perdu toute motivation et enthousiasme par rapport à ses découvertes avec le professeur Huet.
Jules ne put donc pas s'empêcher de revenir au sujet qui la tracassait tant. C'est qu'elle se faisait un réel soucis pour Peter. Alicia n'était décidément pas quelqu'un de très fréquentable. Jules avait tout de même entendu le patronus de la jeune femme parler d'attraper Peter entre ses griffes et le croquer. Jules ne lui accordait aucune confiance et elle n'avait pas envie de voir la jeune femme avoir son meilleur ami sous son influence. Pour Jules, Alicia ne voulait pas de bien à Peter, elle voulait se servir de lui et ça agaçait Jules au plus haut point. Elle n'allait pas se laisser faire. Mais il fallait commencer par le début, Jules prit conscience qu'elle s'y était pris à l'envers sur ce coup là avec Peter. Elle aurait dut aborder le sujet plus en douceur, moins sur l'accusation et le reproche.

❝ Tu ne m'as pas dis que tes visions te faisaient autant de mal en ce moment ... Qu'est-ce qui se passe ? Elles sont violente ? Plus fréquentes ? ❞

Le regard de Jules s'était quelque peu adoucit. Il était redevenu plus naturel et on pouvait clairement y lire le soucis qu'elle se faisait pour Peter.
Orion approuva silencieusement la nouvelle démarche de sa sorcière. Elle laissait de côté son mécontentement pour comprendre ce qui avait amené Peter à faire appel à la Salvage. C'était dans la nature de Jules ça, cette faculté à toujours vouloir comprendre le comportement des gens et à s'expliquer ce qui les amenaient à agir de la sorte. Elle n'approuvait pas toujours les raisons de certaines attitudes mais cela lui permettait de comprendre et de se tempérer elle même par empathie.


Dernière édition par Admin le Mer 17 Déc - 10:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Mise au point   Mer 17 Déc - 9:54

La répartie du jeune homme, refusant de céder le moindre pouce de terrain tant que son amie ne se risquerait pas à aborder directement le sujet en mettant les pieds dedans fit son effet. Jules eut une moue de dépit, mais ne tarda pas à rentrer dans son jeu. ❝ Je parle de ce que tu as fait l'autre soir. Tu vois de quoi je parle maintenant ? ❞. Peter haussa les sourcils, impassible. Oui, il avait déjà compris qu’elle parlait de ça. Seulement, elle y allait un peu mollement là, il pouvait encore la faire tourner en bourrique et feindre l’innocence totale. Les soirées avaient été nombreuses après tout, depuis leur dernière conversation sérieuse. Il se contenta d’éluder plus ou moins la question, affirmant qu’il aurait toujours besoin de ses amis, ce qui, d’ailleurs, était vrai. Peter n’avait pas envie de ne plus voir Jules, de ne plus passer des après-midi complètes à trainer dans le parc pour ne rien y faire, jouer aux cartes, mener des enquêtes, échanger des ragots. Peter n’aimait pas trop ça comme mot, ragot, et préférait parler de rumeurs, c’était plus joli, et ça faisait moins… commérage.

Un choc sourd le ramena à la réalité. Les livres, jusqu’alors en apesanteur, semblaient ne pas avoir envie de rester suspendus plus longtemps, et son amie venait visiblement d’en faire les frais. Le Chastain se pencha pour ramasser le livre tombé à ses pieds, écoutant Jules lui faire comprendre qu’il allait les mettre dans une situation délicate quand le sortilège maladroit se romprait, libérant par là même les ouvrages dans la bibliothèque, sur les têtes d’élèves innocents comme elle. Se relevant, il vit, amusé, qu’Orion, moins aventureux que d’ordinaire, s’était posé sur son épaule, espérant probablement que la tête de sa sorcière lui serve de protection en cas de chute. Ester, prudent, scrutait le plafond. « Ouais, je sais que ça craint, j’avais pas prévu l’amerrissage. » Il se gratta la tête avec sa baguette, pensif. « J’peux ptêtre tenter un sort de glue perpétuelle, t’en pense quoi ? Ca règlerait le problème de la chute. » Puis, lui tendant le bouquin, ajouta : « Du bon usage de la politesse dans la société sorcière française. Ouvrage adapté à une Chateaubriand en même temps, vous en conviendrez, très chère. » Le sorcier aimait bien narguer Jules sur ses origines sociales, qu’il méprisait en enviait à la fois. Espérons qu’il ne lui tombe pas un Traité de la politique moldue et de ses usages dans les luttes révolutionnaires, il n’était pas sûr d’avoir un crâne adapté à ça.

Puis, sans qu’il sache trop comment, Jules revint, en douceur, sur l’épisode qui la chagrinait. ❝ Tu ne m'as pas dit que tes visions te faisaient autant de mal en ce moment ... Qu'est-ce qui se passe ? Elles sont violentes ? Plus fréquentes ? ❞ Peter écarquilla les yeux et regarda en toute hâte si des élèves n’étaient pas à proximité. Elle était folle ? Parler ainsi de ses visions au milieu de la bibliothèque un jour de semaine ? Le jeune homme retint une remarque acerbe, réalisant que Jules était probablement très au fait du milieu environnant, et qu’elle n’avait pas prononcé ces mots par hasard. Elle voulait qu’il réponde, sans éluder le sujet. Les précautions de langage auraient été les bienvenues, mais la méthode était efficace. Pete baissa la tête, ne sachant pas trop quoi répondre sans risquer de s’embourber au sujet de la soirée qu’il avait passé avec la Salvage, et pour laquelle son amie était, de toute évidence, au courant. S’il ne savait pas comment, ni à quel point, Peter se doutait bien que son don n’y était pas pour rien. « Mes démangeaisons sont… omniprésentes. Je n’en ai pas plus qu’avant, je ne crois pas, mais elles m’agressent fortement, et je ne cesse d’y penser. Je me demande sans cesse si… telle ou telle piqure ne veut pas me mettre en garde, me signaler quelque chose. » Peter n’avait pas trouvé d’autre moyen détourné de parler de ses visions, et toute personne les écoutant trouverait probablement la conversation étrange, mais ne pourrait probablement pas la décoder totalement. Ne sachant comment continuer de manière détournée, Peter marqua un silence avant de reprendre, dans un murmure tout juste audible. « J’ai vu des lettres noires prendre feu et je les ai senti exploser, je les ai senti me brûler. Ça pourrait vouloir parler de ces livres. » Il désigna le plafond. « Ou du tiens. Ou d’un cours. D’un devoir. D’un mot, écrit n’importe où, n’importe quand. Et le feu… Je ne sais pas quelle forme il pourrait prendre en réalité. Quel danger ce serait. Quelle mise en garde. Et puis, tu sais, ce sont des démangeaisons, on ne sait jamais si elles vont persister dans le temps et s’affirmer dans la réalité. » Le sorcier voulait lui faire comprendre que ses visions, si elles ne le saisissaient pas plus fréquemment qu’avant, le harcelaient, à chaque moment, semant un doute omniprésent dans son esprit. Connaissant très bien la seconde question de son amie, Peter anticipa, et ajouta, à voix haute cette fois. « Je ne suis pas allé te voir parce que j’avais besoin d’autre chose qu’une présence amicale de soutien. J’avais besoin d’oublier, au sens propre. Pour une soirée. » Ça avait marché, dans un sens. « Je ne veux pas t’infliger ma folie. T’as pas besoin de ça. »


Dernière édition par Admin le Mer 17 Déc - 10:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Mise au point   Mer 17 Déc - 9:54

J
ules eu un léger rire en entendant les commentaires de Peter sur le livre qui venait de lui tomber sur la tête. Il se moquait gentiment d'elle et Jules l'avait toujours bien pris. Au tout début de leur relation, il a tout de même fallut s'y reprendre à plus d'une fois pour faire comprendre au Chastain qu'elle n'était pas à l'image de ce qu'on se représentait des Châteaubriands. Jules avait fini par faire comprendre au jeune Peter qu'elle ne se sentait aucunement supérieur à un autre élève issu d'une autre classe. De toute façon, comme se plaît à le répeter la demoiselle "Ce n'est pas parce qu'on est riche et célèbre qu'on est intelligent et bien entouré."

Et la discussion en vint aux visions du garçon. Jules avait été assez directe en posant sa question. Elle ne voulait plus tourner autour du pot. Elle s'était dit qu'ils ne risquaient rien de toute façon, dans la bibliothèque, personne n'écoute... n'est-ce pas ?
Elle écouta avec beaucoup d'attention le récit de Peter.
En entendant la vision de son meilleur ami, Jules prit un air pensif. Elle posa son regard dans le vide et ne rien pendant quelques instants. Prise dans de grandes réflexions, cherchant veinement à trouver un sens à cette prémonition.
Au bout de quelques secondes de silence, elle retourna doucement la tête vers Peter. Il lui expliqua alors pourquoi il n'était pas venu la voir. Les dernières paroles de Peter provoquèrent un froncement de sourcils brutal chez la demoiselle. Son regard était dur, accusateur.

❝ Peter ! Combien de fois vais-je être obligé de te le répéter ? M'infliger ta folie ? Tu débloques complètement mon vieux ! Tu ne m'infliges rien du tout, arrête de penser ça ! Si tu m'emmerdais avec tes histoires, je te l'aurais dis depuis longtemps, tu me connais voyons ! Et puis, si tu es fou, je suis quoi moi ? Faut faire gaffe hein, on va bientôt se faire interner à Sainte Mangouste tous les deux... tu crois qu'on pourra avoir une chambre à côté ? Y'a peut-être des dortoirs mixtes tu me dira ... ❞

Un sourire autant amusé que moqueur dominait le visage de la demoiselle. Elle rit un instant s'imaginant avec une camisole de force en compagnie de Peter à Sainte Mangouste. A coup sûr, tous leurs médecins et psychomages s'occupant d'eux deviendraient fou à leur tour. Les deux ados prendraient un malin plaisir à les faire tourner en bourrique.
Jules reprit un air un peu plus sérieux, mais en gardant cet air détendu. A présent, son mécontentement s'envolait. Elle ne pouvait pas en vouloir bien longtemps à Peter, et presque à coup sûr, quelque soit la réponse ou la justification qu'il lui aurait donné, Jules l'aurais pardonné. Elle tient trop à lui de toutes façons.

❝ Mais... ta vision, ces lettres qui brûlaient, elles écrivaient un mot ? ❞

Jules n'avait jusqu'à présent, jamais réussi à interpréter de façon fiable les visions de son meilleur ami. Pour elle, seul lui pouvait les comprendre, mais ça la rongeait de le voir se laisser bouffer par ça sans avoir de réelle maitrise dessus. Elle n'osait imaginer la violence et la douleur que cela devait lui faire.
Et puis, doucement, Jules en revint à ce qu'elle avait apprit, au hasard d'une rencontre.

❝ Et, je voulais te poser une question aussi ... Alicia Duval, tu l'as connaît bien ? Tu lui fais confiance ? ❞

Jules posa son regard dans celui de Peter. Sa voix trahissait le soucis qu'elle se faisait par rapport au lien qu'il pouvait entretenir avec la jeune femme. Jules ne lui faisait pas confiance à cette demoiselle et avait bien peur qu'elle ne veuille pas que du bien à Peter.


Dernière édition par Admin le Mer 17 Déc - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Mise au point   Mer 17 Déc - 9:54

Peter assista, amusé, au changement radical d'attitude de Jules. Pensive alors qu'il lui évoquait une de ses visions, son visage s'était crispé, durcit, quand il amena l'argument qu'il ne souhaitait pas non plus peser sur son amie avec ses troubles, qu'elle en avait assez comme ça pour ne pas s'encombrer de ses chaînes. Elle s'emporta alors, colérique, lui intimant de cesser tout de suite ce genre de propos, qu'il n'était pas plus fou qu'elle, et qu'à l'inverse, s'ils l'étaient, ils ne tarderaient surement pas trop à se retrouver internés à Sainte Mangouste. Le Chastain eut un sourire en coin, et détourna les yeux humides, mal à l'aise. Jules, elle, riait à cette évocation bien trouvée, et sa bonne humeur ne tarda pas à le faire ravaler ses larmes et à relever la tête. « Ya surement plein de trucs à apprendre dans un endroit comme ça. Et si, par malheur, ce n'était pas le cas, on pourrait toujours tenter une évasion au milieu de la nuit. Comme ton Sherlock Holmes là... Il s'évade de prison Sherlock ? » Et dire que c'était lui qui avait grandi chez les moldus, et elle qui était sensée n'avoir aucune culture en la matière. « Voilà la culture générale, Peter », dit Ester, amusé. « Dis-moi, Ester, tu es familier avec les étapes du plumage ? Juste pour savoir hein, tu pourrais m’apprendre ». Et toc. Ester claqua du bec comme quelqu’un aurait claqué de la langue, et se tût. Il n’avait jamais trop aimé entendre Peter évoquer la possibilité de le plumer, car il savait que son sorcier en était capable, et qu’une part de vérité se cachait sous chacune de ses vannes.

Jules revint au sujet qui les occupait, en douceur. ❝ Mais... ta vision, ces lettres qui brûlaient, elles écrivaient un mot ? ❞ Peter eut une moue de dépit. Si les choses étaient si faciles, si des mots clairs émergeaient de ses songes, les énigmes seraient plus évidentes, non ? « Dans celle-là, c’était le bordel. Enfin, c’est toujours le bordel. Je sais plus trop. J’avais peur, j’avais mal. C’est pas dans ce genre de situations que tu es le plus réceptif j’imagine. Rien de concret quoi. Je… si je pouvais les revoir, sans être plongé dedans, sans être… submergé, je pourrais peut-être comprendre certaines choses. » Une idée venait de traverser son esprit, si évidente qu’il ne savait pas comment il avait fait pour ne jamais y avoir pensé avant. C’était logique. « Mais… Tu pourrais pas, toi, lire dans mon esprit ? Tu lis bien les pensées des Patronus, après tout… tu dois être capable de faire, j’sais pas, un truc comme de la légimancie ? » Ouais, en fait c’était pas si évident que ça. A supposer qu’elle puisse le faire, et le fasse, rien ne prouvait que le jeune homme soit en mesure de les faire ressurgir de leur méandre.

❝ Et, je voulais te poser une question aussi ... Alicia Duval, tu la connais bien ? Tu lui fais confiance ? ❞ Peter sentit beaucoup de choses dans la voix de Jules : du doute, de l’inquiétude, de la curiosité, une pointe de jalousie peut-être aussi. Le Chastain hésita, pas très sûr de lui. Il était tenté de contourner la question, mais Jules était habile pour obtenir les informations qu’elle voulait d’un moyen ou d’un autre. « Je la connais un peu », dit-il lentement. Il savait des choses sur la Salvage que tous ne savaient pas, et il pouvait même objectivement penser la connaître mieux que beaucoup d’étudiants. De là à la connaître ‘bien’, il y avait un fossé. « Et je lui fais confiance. Mais il me semble que ce n’est pas ton cas. Qu’est-ce qu’elle t’a dit ? Elle t’a parlé de moi ? ». Peter n’avait pas envie d’entrer en conflit diplomatique, mais cela faisait trois ou quatre fois que son amie amenait le sujet en moins de dix minutes. Il fallait essayer de mettre les choses à plat. Un bruit de déchirement résonna dans l’air, et le Chastain leva la tête juste à temps pour voir un livre tomber, à nouveau, sur Jules. Il tendit la main et le rattrapa au vol, la bousculant légèrement au passage. Bon, il fallait vraiment qu’il s’améliore en sorts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mise au point   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mise au point
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rail de mise au point pour macro
» Bague pour objectifs OM avec indication de la Mise au Point
» Mise au point sur l'oeil ...
» Collectif photo: Mise au point!
» Astuce : corriger la mise au point d’un Samyang 14 mm f/2.8 IF ED UMC ajout test terrain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chocolate Rain :: Eximium Patronum :: Jules R. Gray-
Sauter vers: