Chocolate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Banquet de début d'année

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Banquet de début d'année   Mar 6 Sep - 0:05

You shouldn't be fighting on your own
So take a deep breath and let it go
You shouldn't be drowning on your own
Jill ✧ Murphy
Murphy n'avait pas l'habitude de cacher ses sentiments, ses impressions. Très franche de nature, elle n'aimait pas porter un masque masquant ses réelles pensées. Et c'était d'autant plus dur avec une amie. Alors, lorsque la jeune auror rejoignit la Prewett à sa table, Murphy sentit chaque parcelle de son corps se crisper. Elle appréhendait déjà le moment où elle parlerait de sa nuit à son ancienne camarade. Elle écouta Jill lui raconter sa vie après Poudlard, s'enthousiasmer sur ce nouvel avenir qui s'offrait à elle. En se concentrant sur les paroles de la Peverell, Murphy parvint l'espace d'un instant à se détendre un tout petit peu. Mais, lorsqu'elle prit sa bierraubeurre dans ses mains, elle se surprit à être saisie de tremblement. La lionne s'empressa de boire quelques gorgées avant de vite reposer le verre sur la table. Elle tâcha de sourire du mieux qu'elle put à Jill alors qu'elle répondait à ses questions. ❝ Oh oui, le dortoir est... très sympa. ❞ La jeune sorcière fit une micro-pause, sentant que sa voix menaçait elle aussi de trahir le trouble qui la hantait. La jeune Auror parlait de son lit sans se douter de la nuit que venait de passer la Prewett dedans. Mais Murphy ne tenait pas à lui annoncer ça de but en blanc. Il fallait y mettre un minimum de forme tout de même, pour éviter de paniquer la jeune femme. ❝ J'ai pu avoir... ton lit. Et puis je suis contente d'avoir retrouver Charlie... ❞ Mais avant qu'elle n'ait put aller plus loin, sa voix tremblait déjà. Murphy ferma ses yeux, tentant vainement de refouler cette terreur qui la saisissait encore. Instinctivement, elle se frotta son bras endoloris des cicatrices de la nuit.

Elle soupira avant de finalement rouvrir les yeux pour croiser le regard de son amie. Et ce fut plus fort qu'elle, Murphy était à bout de force. Fatiguée de cette nuit, de ces peurs qui l'avaient saisies depuis. La jeune sorcière éclata en sanglot. Elle saisit une serviette posée sur la table pour tâcher de s'essuyer les quelques larmes qui s'enfuyaient de ses yeux. La douce voix rassurante d'Orion lui permit de retrouver un semblant de calme. ❝ Ça va aller Murphy... ça va aller... ❞ Murphy posa sa main sur la tête du renard polaire qui ne quittait plus sa sorcière des yeux, véritablement inquiet de la situation. ❝ Je suis désolée Jill. Je suis vraiment contente de te revoir, c'est pas ça le problème. ❞ La lionne prit son inspiration, essayant de retrouver de la contenance. Elle baissa les yeux, incapable de regarder son ancienne camarade en face. ❝ Je ne sais vraiment pas comment t'annoncer tout ça... ❞ Un air embêté se lut clairement sur les traits de la sorcière. Elle ne savait pas par où commencer ni quoi dire... car après tout elle ne se souvenait de rien. Elle n'avait finalement aucune idée de ce qui planait au dessus de sa camarade, de quel danger la guettait. Elle aurait aimé se souvenir de la vision qu'elle a put avoir, être capable d'identifier clairement la menace qui planait. Mais pas moyen de revoir la moindre image. Peut-être que la vision avait été tellement choquante, horrible que sa mémoire avait directement décidé de l'effacer. Et maintenant, il était malheureusement impossible de faire marche arrière. ❝ Mais ça peut te revenir tu sais, en parlant de tout ça avec elle tu peux... te souvenir de ce que tu as vu, tout n'est pas perdu tu sais. ❞ Murphy posa une seconde son regard sur son patronus. Elle espérait tellement qu'il ait raison. Mais elle avait également peur de voir ce qu'elle avait inconsciemment refusé de se souvenir. La lionne prit une nouvelle inspiration retrouvant un calme précaire. ❝ Je n'aime pas trop en parler mais il se trouve que... j'ai ce qu'on peu appeler un don. ❞ La rouge et or osa enfin relever les yeux vers Jill, prenant la mesure de ses paroles sur l'ancienne lionne. ❝ Il m'arrive d'avoir des visions. ❞ La première partie était annoncée. Avant d'aller plus loin, elle devait s'assurer que Jill voyait déjà bien de quoi elle parlait. ❝ Parfois ce ne sont que des flashs incompréhensible, des images floues, des voix... il arrive que je n'y comprenne strictement rien. ❞ Et ça pour rien n'y comprendre, ça arrivait tellement souvent. Combien de fois avait-elle eu des flash sans queue ni tête. Elle voyait des choses qu'elle ne comprenait pas toujours. Elle ne savait même pas si cela appartenait au passé ou faisait parti du futur. Il était vraiment dur parfois de faire du tri là dedans. ❝ Je vais avoir une cicatrice de ça, de cette phrase... tu crois que... à vie j'aurais ça sur mon bras ? ❞ La lionne se pinça les lèvres. Quel don de merde elle pouvait bien avoir. C'était vraiment une tare à cet instant précis. ❝ Non, j'espère pas... si jamais ça reste, on ira voir l'infirmière, elle pourra bien faire quelque chose pour toi, ne t'inquiète pas... Tu... tu veux aller te recoucher ? ❞ Murphy secoua la tête négativement. Non, elle serait incapable de se rendormir, elle le savait déjà, c'était peine perdue. La sorcière poussa un profond soupir, réfléchissant à ce quelle pourrait faire de ces dernières heures de sommeil perdu. ❝ Je vais tout de suite envoyer un hibou à Jill. Il faut absolument qu'on la voit demain... Comme ça dès qu'elle se réveillera, elle trouvera le message. ❞ Orion acquiesça silencieusement. La rouge et or se releva doucement. Elle retourna dans la chambre où ses camarades s'étaient toutes rendormies. Elle s'habilla rapidement et quitta le dortoir sans plus attendre. Arrivée dans la salle commune des Gryffondors, elle attrapa un bout de parchemin et une plume qui traînait sur une table. Elle écrivit en vitesse un message destinée à la Peverell qu'elle fourra ensuite dans sa poche. Sans plus attendre elle se mit en route avec Orion.

Le lendemain à 14h, Murphy n'avait pas cours. Elle était assise à une table en retrait aux trois balais. Son regard se perdait dans le vague. Toute la matinée, elle avait été incapable de se concentrer sur quoi que ce soit. Elle n'avait suivit les cours que d'une oreille distraite. Elle avait même sursauté lorsqu'un professeur l'avait interpellée. Mais elle ne parvenait à se raccrocher au réel, totalement perdue dans les évènements de la nuit. Elle ne désirait cependant parler de tout cela à personne d'autre que l'intéressée. Alors oui, certains de ses camarades avaient trouvé très étrange qu'elle porte des manches longues par cette chaleur étouffante de fin d'été. Mais cela ne les regardait pas. Elle avait tout de même été obligée de se bander le bras sous sa manche au cas où. Et si quelqu'un s'en rendait compte, elle avait déjà préparé une excuse : accident de Quidditch, ou un autre truc du genre... Mais elle n'en parlerait à personne tant que l'intéressée ne serait pas au courant. Même ses meilleurs amis n'étaient au courant de rien, autant Fergus que Charlie qui s'étaient tout de même inquiétés face à l'attitude étrange de leur meilleure amie. Il était tellement rare qu'elle soit renfermée ainsi sur elle-même et qu'elle se terre dans un silence vis à vis d'eux. Et puis une jolie blonde fit son entrée dans le pub. En voyant qui arrivait, Murphy poussa un léger soupire soulagée. Elle avait eu peur l'espace d'un instant que son ancienne camarade ne vienne pas, qu'elle ait un empêchement... Murphy n'aurait put garder tout ça pour elle plus longtemps. Il fallait qu'elle en parle, qu'elle se décharge un peu de cette pression qui s'était abattu sur elle. Elle fit un signe de main à la jeune femme pour qu'elle la rejoigne à sa table à l'écart des autres. ❝ Jill ! Je suis vraiment contente de te voir ! ❞ Murphy avait vraiment l'air soulagée, mais elle ne voulait pas tout de suite rentrer dans le vif du sujet pour ne pas paniquer l'ancienne rouge et or à son tour. ❝ Alors, la vie après Poudlard, c'est comment ? ❞ Murphy tenta un sourire, peu convainquant. Elle était tellement bouffé par sa terreur nocturne qu'elle ne parvenait à se montrer réellement enjouée et souriante.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Re: Banquet de début d'année   Mer 7 Sep - 11:04

Banquet
Enfin un peu de justice
Delliha✧ Eren
Avançant aux côtés des autres élèves vers les tables des marqués, je me délectais de leurs mines décrépies. Je souhaitais garder bien en mémoire leur petits visages outrés, choqués. Il n'y avait pas de petit plaisir dans la vie. Me glissant aux côtés de Lenore, je continuais à sourire satisfait de la situation. Quelle bande d'idiots, la majorité d'entre eux étaient affiliés de prêt ou de loin à des bourbes. Il n'y aurait pas de perte désastreuse pour l'école de sorcellerie si tout ces crétins se faisaient excluse de l'école. Je ne savais pas si cette idée émanait du ministère simplement ou s'il s'agissait d'une originalité de notre nouvelle directrice. Madame Bones, je l'avais eu en cours pendant ces dernières années. Elle était une enseignante juste et droite, et je ne doutais qu'elle serait une bonne directrice, bien meilleure que Dumbledore tout du moins. Ce vieillard sénile n'avait plus sa place à la tête de la prestigieuse école de sorcellerie. Il y avait de plus en plus d'indigne dans l'école, et j'espérais vivement que ce nouveau décret ferait fuir les plus idiots d'entre eux. Ils ne voudraient pas se faire marquer, tant mieux ! Bon débarras ! Cela m'envoyait ravi, vraiment l'année commençait en beauté. “ Ne vend pas la peau du dragon avant de l'avoir tué... ” Je jeta un regard semi blasé au scorpion posé sur ma main. Oui, ils n'avaient pas encore tous foutu le camp. Je ne pouvais m'extasier aussi vite de la situation. Mais ce ne serait que l'affaire de quelques jours n'est-ce pas ? S'il le fallait, j'étais même prêt à empêcher ces sang des bourbes à ne pas se rendre à la visite médicale pour être sûr qu'ils soient tous virés. Alors que des plans naissaient déjà dans mon esprit, la douce voix de Lenore me ramena à la réalité. “ Tu sais si Delliha a fait sa marque ou pas ? Je vois pas du tout où elle est. ” Je jeta des regards à droite à gauche, cherchant ma promise du regard sans succès. A l'évocation de son prénom, les souvenirs de cet été me revinrent à l'esprit. Mon coeur se serra un instant. Cette jeune femme avait un certain don à me rendre confus. Je ne parvenais à me fixer sur elle, un véritable mystère. “ Je ne sais pas du tout si elle s'est fait marquer... La dernière fois que je l'ai vu, ce n'était pas le cas. J'espère qu'elle n'a pas perdu de temps. ” Maintenant je m'inquiétais presque pour elle, c'était le monde à l'envers. J'entendis en moi le discret rire de Psyché, amusée de ma surprise à constater que la demoiselle importait à mes yeux. “ M'enfin, je sais pas si tu as remarqué, mais il n'y a que des sangs-de-bourbes qui ont disparus. C'est plutôt une bonne nouvelle. ” Un sourire narquois apparut sur mes lèvres alors que je portais mon regard sur la jolie blonde. “ Et comment que j'ai remarqué, tu te rends compte du truc... ” Ah, un vent de fraîcheur semblait souffler sur l'école de sorcellerie alors qu'une épée de damoclès semblait se lever au dessus des têtes de ces sangs de bourbes. “ C'est peut-être la conscience de l'école, qui n'en peut plus d'être toujours plus souillée chaque année. Elle se rebelle et fait disparaître les impurs. Lenore, j'ai l'impression de vivre un rêve. Ou alors ce serait le retour du célèbre monstre tueur de sangs de bourbes. ” Mon sourire devint mesquin alors que j'échangeait un clin d'oeil complice avec Lenore. Je commença alors à me servir dans les plats débordant de diverses victuailles. Comme chaque année, nous ne manquions certainement pas de quoi manger, à croire même que cette année, les elfes avaient été particulièrement généreux. Enfin généreux, impossible que ces stupides créatures aient eu cette démarche d'eux-même. Alors que je commençais mon repas, mangeant à ma faim, je leva de nouveau les yeux vers les tables des non-désirés. D'un regard mauvais, je les détailla un instant avant de souffler une idée à Lenore. “ Après tout, il y a pas mal d'indésirables dans leurs rangs... s'ils ne se rendent pas compte de l'honneur que c'est d'étudier dans cette école, on peut toujours les aider à la quitter. ” Je reporta mon regard sur la Von Sachsenheim, un léger sourire malicieux au coin de mes lèvres. “ C'est bien ce que dit le décret non ? Que s'ils ne sont pas marqués, ils seront virés. Ne serais-ce pas une aubaine, que par le plus grand des malheurs, ils ne puissent pas aller se faire marquer... ” Je ne put retenir un rire mesquin de franchir mes lèvres à l'évocation subtile de cette idée. Empêcher les quelques sangs de bourbe non marqués à aller à cette visite médicale. Cela débarrasserait un peu plus Poudlard des impurs. Et puis, qui nous le reprocherait ? Certainement pas ceux à l'origine des disparitions. J'en était à présent intimement convaincu, ceux qui avaient enlevé ces sangs de bourbes servaient la grande cause de la pureté du sang. Ils n'avaient rien à faire dans cette école, les faire disparaître était une solution comme une autre. Malheureusement, je trouvais bien que trop peu avaient été enlevés. Vraiment, à leur place, je ne me serais pas privé d'aller dans l'excès.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
 
Banquet de début d'année
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Années Lunaires Chinoises
» Votre Emploi du Temps année 2009/2010
» Félicitation pour les clips pop kitch et année 80
» Recherche Magazine Fripounet années 90 à 93
» Vends VESPA PX 125 année 1980.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chocolate Rain :: Bellum Patronum :: P. Murphy Prewett-
Sauter vers: