Chocolate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Présentation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chocolate Rain
Admin
avatar

Messages : 277
Date d'inscription : 17/12/2014

MessageSujet: Présentation   Lun 17 Avr - 16:49




(Venus) Juliet Gray-Ryks
citation, paroles de chanson, etc ☢ auteur
Citoyen de Chicago

• date de naissance, âge 15 Mai 1983, elle va avoir 34 ans cette année.• lieu de naissance, origines, nationalité Elle est née à Londres. Sa famille s'est installée à Chicago lorsqu'elle était âgée de 5 ans.  • statut social Issue d'une famille plutôt bourgeoise, la demoiselle leur a fossé compagnie à l'âge de 18 ans alors qu'elle était une jeune mère. Seule, livrée à elle-même, elle s'est débrouillée par ses propres moyens.  • études, métier Juliet n'a aucun diplôme, ayant quitté le domicile familial à l'âge de 18 ans elle n'a jamais suivit d'études supérieures. . Elle a appris avec l'école de la rue. Aujourd'hui la demoiselle est une indic' pour la police de Chicago. Elle a été chargée d'infiltrer les Ryks. • statut matrimonial, orientation sexuelle Juliet vit seule. Elle est attirée par les hommes mais à déjà vécu quelques expériences. • traits de caractère majeursEnfant sage et appliquée, à l'image de ce que son rang social attendait d'elle. Jeune rouquine souriante au visage d'ange. Elle est parfaite, comme ce que l'on attend d'elle. Demoiselle docile et respectueuse qui sait se faire discrète devant les adultes, écouter les conseils qu'on lui donne et respecter les règles.

Adolescente en colère, qui a besoin de trouver sa place. Devenue plus malicieuse, l'art de la bêtise lui sourit. Le désir de sortir du rang se fait ressentir. Les sorties mondaines l'agacent, même les enfants de ce milieux deviennent un poids. Elle ne s'y reconnait plus, éprouve un besoin de changer d'air. Alors qu'elle étouffe, elle découvre la liberté dans les interdits. La demoiselle commence à fréquenter des personnes que ses parents n'apprécient guère. Elle se montre parfois insolente, n'ayant plus envie d'obéir docilement. Elle se rebelle, fait le mur, cesse de travailler à l'école, se fait renvoyer, ses parents sont perdus. Le dialogue est complètement rompu. Sa mère ne cesse de la menacer de l'envoyer en pension, Juliet fait la fière n'hésitant pas à clamer que cela lui conviendrait parfaitement. Et puis, voila que son ventre s'arrondit alors qu'elle a tout juste 18 ans. Viens alors le jour où elle apprend ce que son père pense réellement d'elle. Juliet fuit, ne regardant pas en arrière, abandonnant tout. Elle n'a besoin de personne pour s'en sortir. Elle prend son indépendance, n'ayant plus peur de rien. Son courage la guide.

Adulte calmé par la vie dans la rue. Elle s'est adoucit, demoiselle souriante mais discrète. Juliet reste assez secrète sur sa vie personnelle et n'aime pas étaler ses secrets et son histoire aux premiers venus. Assez méfiante, il faudra s'armer de patience pour percer cette carapace qu'elle dresse instinctivement, c'est la rue qui lui a apprit. Mais elle est surtout une jeune femme opportuniste, elle n'hésite pas à s'emparer d'une situation pour en prendre tous les avantages. C'est ainsi que l'on peut s'en sortir seul, il ne faut compter que sur soi même et savoir saisir les chances qui se mettent sur notre route. Les difficultés ne lui font pas peur, lorsqu'elle a un but, un objectif, elle va au bout des choses sans se laisser dépasser par les premières embûches. Elle ne renonce jamais. Grande séductrice, elle n'hésite pas à user de ses charmes pour parvenir à ses fins, quitte à jouer la comédie et devoir sortir son talent d'actrice pour manipuler ses proies.
Bien qu'elle s'applique à le masquer, Juliet est une jeune femme sensible, amochée par des expériences qui l'ont endurcies mais aussi profondément blessée. • casier judiciaire Divers délits mineurs y sont inscrits. Ses premiers pas dans la rue ont laissés quelques marques, le temps qu'elle intègre les règles, et qu'elle sache les maitriser. • état de santé Juliet est en bonne santé, c'est une jeune femme pleine de vie, assez résistante et qui ne tombe pas malade dès que le froid arrive. Lorsqu'elle était plus jeune, elle a succombé à quelques addictions dans lesquelles elle espère ne plus jamais retomber.

Joueur du Darwin's Game

• date d'inscription 23 avril 2015 • pseudo Robin • arme favorite Juliet n'aime pas les arme à feu, c'est froid, traître, des armes de lâches. Elle manie plutôt bien les armes blanches tel que le katana.• a-t-il peur de la mort ? ça dépend des jours. Juliet est très philosophique là dessus. Elle ne perçoit pas la mort comme une fin en soi, plus comme un rite de passage, un cap à franchir avant autre chose. Il ne sert à rien de redouter quelque chose qui arrivera quoi que l'on fasse. Mieux vaut profiter de l'instant présent, penser à la vie. • aime-t-il tuer ou évite-t-il de le faire ? Elle n'aime pas ôter la vie, se sentir responsable de ça. Elle pense à sa fille, à ses parents. Une vie est unique, elle n'a pas le droit d'en supprimer une, rien ne mérite que l'on en prive quelqu'un.


w/ Alexandra Breckenridge

Del / Chocolate Rain

âge 25
fuseau horaire Celui de Paris.
autres comptes //
comment tu as découvert le forum par un membre  :uuh:
ce que tu en penses Il a l'air juste parfait  :lov:  :ooh:
ton personnage est un pré-lien des Ryks
si tu quittes le forum, tu acceptes qu'on ajoute ton personnage à la liste des décès ? Ce choix revient au chef des Ryks.
crédit de l'avatar Schizophrenic
ton smiley préféré C'est trop dur ça comme question  :omd:, mais je dirais  :riri: ou peut-être  :maxou:

GROUPE
Neutre


AVISIRLIG
POURQUOI VOTRE PERSONNAGE-A-T-IL COMMENCÉ À JOUER AU DARWIN'S GAME ?Juliet s'est inscrite en 2015, pour voir, tester. Mais ça ne l'intéressait pas plus que ça, il a fallu attendre 2017 pour qu'elle s'y mette réellement. Juliet n'a jamais revu ses parents depuis qu'elle a quitté le domicile familial, et par la même, n'a jamais rencontré sa propre fille. 2017 est l'année des 16 ans de son enfant. Incapable d'aller la rencontrer dans la vie réelle, elle s'est mise en tête de la retrouver sur le jeu. Cachée par son pseudo, elle pourra apprendre à connaître son enfant. Elle a peur en réalité d'être rejeté de l'adolescente, c'est un moyen pour elle de se protéger de cela. Elle veut connaître la jeune fille sans pour autant s'imposer dans sa vie réelle. Et ainsi, elle n'aura pas à se confronter à ses propres parents qu'elle ne veut jamais revoir.

QU'EST-CE QUI A CHANGÉ CHEZ LUI DEPUIS SON INSCRIPTION ? Lorsque Juliet s'est inscrite, c'était pour tester. Elle en avait tellement entendu parlé qu'elle avait fini par se retrouver face à ce fameux écran d'accueil. Après de longues minutes d'intense réflexion, elle avait fini par le faire. Plongée dans cette autre réalité, elle s'était sentie absorbée par quelque chose qui la dépassait. Quelques minutes plus tard, elle était de retour dans le monde réel, dans sa réalité. Le souffle court, le coeur battant la chamade, elle avait prit peur, craignant ce jeu, cette illusion de réel. Alors dans les mois qui suivirent elle resta le plus éloignée possible des ordinateurs, fuyant les conversations qui tournaient autour du jeu. Tout cela lui paraissait trop malsain, trop réel, c'était la porte ouverte à toute les dérives. Et alors, il lui a semblé que sa vie se transformait en cauchemar. Cela a commencé avec des petits incidents presque anodins. Mais leur répétition a commencé à apeurer Juliet. Elle s'est crue harcelée, devenant paranoïaque. Et les choses allaient en s'aggravant. Plus le temps passait, plus la jeune femme se sentait en danger. Et autour d'elle, il lui semblait n'entendre parler que du jeu, voir des allusions à ce dernier partout, comme si jamais elle ne pourrait lui échapper. Lorsqu'elle a fini par se reconnecter, les choses se sont calmées et Juliet ne s'expliquera jamais ces phénomènes qui l'ont rendu quelque peu paranoïaque. Mais elle après s'être connecté une deuxième, puis une troisième fois, elle a de nouveau voulu tout stopper, ressentant ses peurs du début de jeu. Et le harcèlement a repris, ne trouvant jamais d'agresseur, d'harceleur. Depuis que Juliet s'est mise à jouer régulièrement dans le but de trouver sa fille, les choses sont redevenues à peu près normale dans sa vie bien qu'elle ne peut s'empêcher d'accourir à la fenêtre dès qu'elle entend un bruit suspect.

COMMENT VOTRE PERSONNAGE RÉAGIT-IL A TOUT CE QUI SE PASSE A CHICAGO ET DANS LE MONDE ? L'anarchie semble gagner la ville. Les cadavres sont de plus en plus nombreux, la ville devient un terrain de jeu pour les mafias. Juliet a envie de se dresser contre ça, de ramener l'ordre dans la ville de Chicago. C'est pourquoi lorsqu'on lui a proposé il y a quelques années d'infiltrer les Ryks, elle a immédiatement dit oui. Mais avec le temps, les choses évoluent, son point de vue n'est plus aussi tranché sur la responsabilité des mafias dans ce désordre. Elle a peur pour son avenir, pour celui de sa fille. Elle se demande combien de temps cela va durer, et qu'est-ce qui se passera après ? Est-ce que les choses vont empirer ? Est-ce que le jeu va détruire le monde qu'elle connait en changeant complètement sa face ? C'est pourquoi la jeune femme reste très partagée sur le Darwin's Game. Elle en voit les gros inconvénients, mais ne peut nier ses quelques côtés qui commencent à lui plaire. C'est une drogue, et comme toute drogue, elle a beaucoup d'effets secondaires.

VOTRE PERSONNAGE A-T-IL CONNU LE DG 1.0, AVANT LE 7 JANVIER 2017 ? SI OUI, COMMENT A-T-IL VÉCU LE CHANGEMENT DE MAP ET L’ABOLITION DES TEAMS ? S'IL NE L'A PAS VÉCU, AURAIT-IL PRÉFÉRÉ LA VERSION EN EQUIPE QUE CETTE NOUVELLE VERSION SOLITAIRE, PLUS DANGEREUSE ? Juliet jouait très peu avant tout ces changements. Elle n'a pas spécialement d'avis la dessus. Elle craint cet aspect plus dangereux mais elle a l'habitude de travailler en solitaire, de ne compter que sur elle-même. Cela l'importe peu. Quoi qu'il arrive, Juliet ne s'est jamais sentie très à l'aise avec ce jeu. Elle le craint, sentant qu'il y a quelque chose de malsain la dedans. Mais c'est toujours plus fort qu'elle, tout semble l'arriver vers lui, tout semble être fait pour qu'elle y joue le plus souvent possible. Le monde ne tourne plus rond, non, le monde tourne autour de ce maudit jeu.


I. Une ambiance particulière régnait dans la chambre de maternité de Madame Gray, le 15 mai 1983. Un silence inhabituel s'était installé, laissant la sage femme très mal à l'aise dans cette ambiance. En effet, c'était bien la première fois qu'elle voyait des parents si silencieux alors qu'on leur remettait leur enfant. Aussi elle ne s'attarda pas une seconde de plus, sentant bien qu'elle était de trop dans cette petite chambre. Elle laissa les parents de la nouveau-née ainsi que leur fils aîné seul en famille. Lorsqu'elle revint une demie heure plus tard afin de s'assurer que tout allait bien pour le bébé, elle constata avec surprise que le père et le fils était déjà partis, laissant la mère seule avec sa petite fille. Lorsqu'elle croisa le regard de la jeune maman, elle vit une expression bien particulière, partagée entre le bonheur et les tourments. Quelque chose n'allait pas. La sage femme n'osa interroger trop la mère, concluant rapidement qu'il s'agissait peut-être d'une enfant non désirée, ou que les parents auraient préféré un garçon. Cela arrivait souvent. Et puis, pour dire vrai, à leur naissance, les bébés ne sont pas tous très beau, et beaucoup de parents se sentent mal à l'aise à cause de cela. “ Vous avez choisi un prénom pour votre fille ? ” La mère perdit son regard dans les yeux de la sage femme, absorbée un instant dans ses pensées. Oui, un prénom, c'est vrai qu'il en fallait un. Elle pencha son regard vers sa fille qui s'était endormie dans ses bras. Quelle petite créature fragile, innocente. Elle ne se doutait pas un seul instant dans quoi elle venait de mettre les pieds. Pauvre enfant, si elle avait su, peut-être n'aurait-elle pas voulu sortir du ventre de sa mère. “ Juliet. ”

II. L'enfant sautille partout, telle une pile électrique chargée au maximum. Elle est excitée, elle déborde d'énergie et à besoin d'extérioriser tout ça pour ne pas imploser de l'intérieur. Mais, tout le monde s'affaire autour d'elle et elle sent bien qu'ils n'ont pas envie de l'avoir dans leur pattes. Elle a commencé par aller voir son grand frère qui s'attelait à réunir ses dernières affaires. Ce dernier lui a plus ou moins fait comprendre qu'il avait autre chose à faire que de 'sauter partout avec cet air stupide sur la tronche'. La petite fille ne s'était pas démontée. Elle avait l'habitude avec lui, il s'était toujours comporté ainsi, plus ou moins cinglant, tranchant avec elle. Tant pis, elle n'avait pas besoin de lui de toute façon. Elle avait filé voir son père qui discutait avec un étranger dans leur salon. Mais la demoiselle avait quitté la pièce aussitôt qu'elle avait vu le regard concentré de son père. Lorsqu'il discutait avec d'autres adultes, la jeune enfant avait bien intégré que ce n'était certainement pas le moment pour aller lui parler. Elle était alors allée à la recherche de sa mère. Cette dernière était dans sa chambre. Debout, au milieu de la pièce un air nostalgique presque mélancolique sur le visage. Elle ne remarqua pas l'arrivée de sa fille tant elle semblait absorbée dans ses souvenirs. Lorsqu'elle remarqua enfin la présence de l'enfant qui l'observait avec des grands yeux curieux, elle ouvrit ses bras pour l'inviter à s'approcher et venir lui faire un câlin. “ Tu es prête ? Tu as bien mis toutes tes affaires dans des cartons ? Nous ne reviendrons plus ici tu sais. ” L'enfant hocha la tête. “ Tu va voir, nous allons aller dans une nouvelle ville, tu te fera pleins de nouvelles copines. C'est un nouveau chapitre de notre vie que l'on va écrire là bas. ” L'enfant sourit, elle avait tellement hâte d'arriver là bas. Bien sûr que ses amies, son école lui manquerait, mais elle ne doutait pas du fait qu'elle se ferait d'autres copines là bas. Mais elle avait surtout hâte que commence leur nouvelle vie là bas. Son père travaillant dans les affaires et sa mère étant avocate, ils n'avaient pas beaucoup de temps à consacrer à la petite fille. Depuis qu'elle était petite, une nourrice s'occupait d'elle presque tous les jours. Elle espérait bien que là bas les choses changeraient, elle s'en était convaincu et ne pouvait plus attendre cette nouvelle vie.

III. “ Tu nous rejoins ce soir Jules ? On se fait une petite soirée... ” La demoiselle se pince les lèvres, hésitante. Elle est devant son lycée, accompagnée de son copain de l'époque. Il la regarde avec ses grands yeux bleus. Impossible de lui résister quand il la dévore ainsi. Elle sait bien que jamais ses parents ne la laisserait sortir. C'est un jour de semaine, il y a cours le lendemain, c'est pas vraiment une bonne idée. “ Allez Jules, ils n'en sauront rien. ” Elle pousse un léger soupir avant de céder au garçon qui ne peut retenir ce grand sourire satisfait. Cela fait quelques mois qu'ils se fréquentent. Ce n'est pas vraiment le genre de garçon qu'apprécient ses parents. Il n'a pas le look d'un parfait gentleman anglais, il n'a pas les meilleur résultats scolaires de leur classe, mais qu'importe, l'adolescente n'a jamais pu résister à son regard. Il la pousse à déployer ses ailes, s'octroyer cette liberté qui lui est due. Elle commence à braver les interdits de ses parents et vit pleinement son adolescence comme elle l'entend. Elle n'a que seize ans, mais lui parait plus âgé. Grâce à ses amis il peut se procurer de fausses cartes d'identité. Ainsi, il ne manque pas de ressources pour se procurer ce qu'il faut pour que la soirée soit arrosée. Malheureusement, ils n'avaient pas vraiment prévu qu'elle finisse au poste de police. La jeune Gray est alors au fond du trou. Morte de honte, attendant l'arrivée de ses parents. Elle avait pourtant si bien gérer son affaire, faisant croire qu'elle passait la nuit chez une amie à travailler sur un exposé. Et voila qu'en pleine nuit, ses parents avaient été réveillés par un coup de fil de la police pour qu'ils viennent la chercher. Elle n'était pas saoul, juste un peu éméché, mais cela suffisait clairement pour qu'elle redoute les retrouvailles avec ses parents.

IV. Elle avait beau faire et refaire le test, le résultat ne changeait pas pour son plus grand malheur. La demoiselle était restée enfermée dans sa chambre une journée entière, refusant toute intrusion dans sa solitude. Son esprit fonctionnait au ralenti, cherchant une solution viable. Elle finit par sortir de sa bulle en fin de journée, au moment du dîner.
Sa mère l'accueillit avec un grand regard inquiet auquel la jeune adolescente de 18 ans ne répondit même pas. Pour la première fois de sa vie, elle apprécia le silence, relevant presque de l'ignorance de son père. Lui ne lui poserait pas de questions, lui ne l'embêterait certainement pas pour savoir ce qui n'allait pas. Il avait toujours eu ce comportement à son égard. Elle ne savait pas pourquoi, si c'était un pur manque d'intérêt pour elle où si elle avait fait quelque chose de mal. Mais pour une fois cette attitude lui convenait. La demoiselle demanda à ses parents l'autorisation de sortir voir une amie, elle promit de rentrer vite mais expliqua comme elle pu que c'était très important pour elle. A sa plus grande surprise, mais pas pour lui déplaire, sa mère accéda à sa requête sans même tenter d'en savoir plus. L'adolescente n'attendit pas une seconde de plus pour filer rejoindre l'une de ses meilleures amies. Mais elle aurait du se méfier, car si sa mère n'avait rien dit, c'était bien pour pouvoir fouiller dans la chambre de la jeune fille. Lorsque l'adolescente revint, elle tomba sur sa mère, assise à la table de la salle à manger, un test de grossesse positif posé devant elle.

V. Assise par terre, dans sa chambre, les yeux rivés sur son ventre ayant retrouvé une taille normale. La jeune fille a l'impression qu'elle a traversé les plus long mois de sa vie et que ce n'est pas prêt de finir. En apprenant sa grossesse, ses parents ne lui ont laissé d'autres choix que de garder le bébé. Issus de familles croyantes, il leur était impensable d'en finir avec cet enfant. Mais depuis cela, les parents semblent se déchirer. Le père se montre de plus en plus agressif dans ses propos à l'égard de la jeune fille. L'adolescente ne sait plus où se mettre, ayant perdu tous ses repères. Elle ne sort plus, ne voit plus ses amis, cloitrée à la maison. Mais soudain, un caillou frappant contre le carreau de sa fenêtre la sort de ses pensées. Elle s'approche et voit l'un de ses amis, en bas dans son jardin lui adresser un grand sourire. “ Tu viens prendre l'air, maman ? ” L'adolescente fait une grimace, mais elle acquiesce. Elle quitte sa chambre sur la pointe des pieds, n'ayant pas envie de rendre de compte à ses parents. Mais lorsqu'elle passe devant leur chambre, elle surprend une conversation qu'elle aurait bien fini par apprendre. “ Et tu veux en faire quoi ? De ce putain de gamin ? ” La voix de son père, dure, ferme, elle lui glace le sang. “ Mais c'est notre petite fille. On ne peut pas ne pas être là pour Juliet... ” L'adolescente s'apprête à filer, n'accordant pas d'importance à cela. “ Oh non, c'est pas MA petite fille ! ” “ Ne dit pas ça... ” “Tu va arrêter de te foutre de ma gueule hein, j'estime avoir été suffisament patient avec toi et cette putain de gosse ! J'aurais peut-être du te laisser te démerder hein, après tout c'est pas mon problème. Et puis, c'est pas ma faute si cette gamine est comme toi finalement, incapable de garder les cuisses  serrées ! Cette gamine est incapable de s'assumer elle-même, c'est qu'une sale gosse, qu'est-ce que tu veux qu'elle fasse elle-même avec un gamin ?! Elle est immature et irresponsable, une bonne à rien. ” L'adolescente manque de s'étrangler, ayant encore du mal à assimiler ce que ces propos sous entendre. Au delà des remarques franchement désagréables qu'il vient de faire, autre chose se dessine. Elle semble saisir un élément qui avait été devant ses yeux pendant toutes ces années mais qu'elle n'avait jusqu'alors jamais su saisir. La dernière pièce d'un puzzle enfin complet. Elle retourne dans sa chambre, le regard dans le vide hébété. Au bout de quelques minutes pendant lesquelles elle n'a toujours pas bougé, un caillou revient attirer son attention. Ah oui, c'est vrai, on l'attend. Tel un zombie, la jeune mère réunit ses affaires dans sa chambre, prenant tout ce qui lui semble important. Elle met tout dans un gros sac de sport et quitte la maison. Elle ne prend même pas le soin de ne pas faire de bruit, de toute façon les deux adultes sont bien trop occupés à se disputer pour faire attention. Arrivée dehors, se tenant devant la maison, la jeune femme retrouve son ami. Elle ne jette même pas un regard en arrière et quitte les lieux. Sa décision est prise, jamais elle ne reviendra ici.

VI.Un mois déjà. Un mois qu'elle dormait à droite à gauche, chez des amis, des connaissances. Elle avait prit son envol, libre et indépendante. Mais voila qu'elle se retrouvait déjà face à un choix. Il n'avait fallu qu'un mois pour qu'elle en arrive là, à se poser des questions sur ce qui était bien, ce qu'elle devait faire, ce qui était moralement acceptable. Après tout, elle avait besoin d'argent. Elle n'avait toujours pas trouver de job, sans diplômes elle n'allait pas aller bien loin. Et voila qu'on lui tendait la tête de Benjamin Franklin. Un billet de 100, même pas usé. Elle n'avait pas grand chose à faire pour l'avoir. C'était rien. On lui demandait rien de sorcier, juste de faire le guet, à l'entrée d'une ruelle pendant que deux gars faisaient leur petit trafic tranquille dans leur coin. Elle n'avait même pas à savoir de quoi il en retournait. Une petite voix au fond d'elle lui souffla des paroles vraies, si elle disait oui à cela, ce n'était que le début. Et elle ne pu refuser cette offre trop alléchante.

VII. Assise dans sa cellule de garde à vue, la jeune femme réfléchissait. Elle repensait à tous les choix qu'elle avait pu faire et qui l'avaient inévitablement conduite ici. Elle ne les regrettait pas cependant, bien qu'elle admettait que certains n'étaient pas judicieux. Ce n'était pas la première fois qu'elle se retrouvait assise sur ce banc au commissariat. Elle reconnaissait certains visages parmi les forces de l'ordre, et eux aussi semblaient la reconnaitre. C'était même étrange mais l'un d'eux la traitait même avec une certaine bienveillance. Peut-être retrouvait il en elle une petite soeur ou tout du mois une créature à protéger. Il s'occupait souvent de son cas et tâchait d'agir avec compréhension pour sa situation. La jeune femme avait toujours était claire et directe avec lui. Elle recommencerait c'était certain, elle vivait de ça et de toute façon, elle ne faisait rien de grave, rien qui ne mérite une sérieuse peine de prison. Elle ne tuait personne, ne touchait jamais à la drogue des trafics, elle n'en voyait pas la couleur de celle là. Ce jour là, quelque chose était différent dans le regard de ce policier qui semblait avoir pris à coeur son cas. Elle fut d'ailleurs conduite dans une salle isolée où le policier la retrouva. “ J'ai une proposition à te faire Juliet. T'es pas une mauvaise fille, on le sait tous les deux... Tout ce qu'il te faut c'est un job n'est-ce pas ? Nous aurions besoin d'une indic dans une affaire de drogue des bas fonds. Tu peux nous aider ? ” La jeune femme bien que franchement surprise, pris bien en considération cette proposition. Voila quelque chose de tout à fait dans ses cordes, plus de soucis à se poser sur la morale de ses activités... C'était le meilleur deal qui se présentait à elle depuis qu'elle avait commencé.


VIII.“ Une bande de gosses commence à faire parler d'elle dans les rues de Chicago, tu les connais ? ” La jeune femme hocha la tête. Bien sûr qu'elle les connaissait, tous le monde ne parlait plus que de ces petits nouveaux. On disait beaucoup de choses à leur égards, elle avait même eu vent de pari sur le temps qu'il leur restait avait d'être retrouvé une belle balle dans le dos ou derrière les barreaux. Ils n'étaient que des amateurs qui venaient tâtonner sur le territoire des plus grands. Mais il fallait avouer qu'ils semblaient plutôt doué et c'est bien ce qui devait agacer dans le milieu.“ Ils ne sont pas une si grosse menace mais autant l'avouer, on veut étouffer la menace dans l'oeuf. ” Un léger sourire étira les lèvres de la jeune femme. C'était donc eux, son nouveau contrat. “ Tu connais la procédure après. Mais pour ce petit gang, nous aimerions que tu les rejoignes. Des petits jeunes comme ça bossent forcément pour quelqu'un, le meilleur moyen de le découvrir est de les intégrer. ” La demoiselle approuva. Bien qu'elle tâcha de rester neutre, son coeur palpitait à l'idée de cette nouvelle mission. Jamais elle n'avait été aussi loin, mais elle avait hâte de voir où cette aventure la mènerait.

IX. Sa mission de longue haleine prenait fin. Les têtes pensantes du groupe étaient tous arrêtés, prêts à être jugés. La jeune femme ne les avait pas vraiment pleinement intégré, travaillant avec eux comme un loup solitaire venait prêter main forte à une meute. Elle avait appris à gagner leur confiance, pour en arriver à ce jour. Ils étaient coincés, comme la police l'avait souhaité. Mais l'histoire était loin d'être finie. Quelques semaines après, le groupe se reconstituait déjà, beaucoup plus restreint, avec que des personnes de confiance, et la jeune Gray en fut l'une des premières informées puisqu'elle fut contactée pour rejoindre ce nouveau groupe, les Ryks. Un nouveau mandataire avait envie de financer leurs activités. Les choses seraient beaucoup plus contrôlées, beaucoup plus maîtrisées, jamais ils ne se laisseraient prendre à nouveau. La jeune femme parla de cette proposition à la police de Chicago qui décida alors de lui faire continuer sa mission. Elle intégra les Ryks, infiltrée telle une bombe programmée pour les détruire.

X. Le temps passait et sa mission durait. Ce nouveau mécène était insaisissable et rendait sa mission chaque jour plus difficile. La police avait déjà songé à tout stopper mais alors la jeune anglaise serait inévitablement en danger. On ne la laisserait pas quitter ce groupe indemne, elle n'avait d'autre choix que de continuer. Mais avec le temps, les choses devenaient aussi plus hardus dans son esprit. Si en les intégrant elle s'était bien promis de tout faire pour les démanteler et faire cesser leurs activités comme le veut sa mission, plus les années passaient, plus sa vision des choses changeait. Elle se prenait d'affection pour sa famille d'adoption. Voila qu'aujourd'hui elle se retrouvait coincé entre l'appel de la justice et celui du coeur, incapable de trancher, elle se met à jouer double jeu de chaque côté.


Nous vous proposons de rédiger des anecdotes plutôt qu'une histoire. Vous pouvez les présenter sous la forme que vous voulez : points, texte ... Mais il vous faudra impérativement un minimum de dix informations un tant soit peu développées à son sujet (vous pouvez bien entendu en faire plus). Vous pouvez parler de sa première connexions, de morts remarquables, approfondir sa vision du jeu et du changement entre le DG 1.0 et DG 2.0, situer votre personnage dans le contexte (cf chronologie), parler des armes qu'il manie, ses habitudes de jeu, ses objectifs, etc. Supprimez ce message en gras une fois qu'il est lu. I. Première connexion, son coeur palpite, partagé entre l'excitation et le stress. Elle a déjà tellement entendu parler de ce jeu. Le chargement est plus rapide que ce qu'elle pensait et bien vite la voila plongée dans ce nouvel univers. Tout lui parait réel, tellement vrai qu'elle commence à angoisser. Elle cherche alors un moyen de se déconnecter mais impossible de trouver. Elle croise alors un autre joueur et lui saute presque dessus prise par la panique. Alors qu'elle lui demande comment faire pour revenir à la réalité, ce dernier se contente, pour seule réponse de lui planter un couteau dans le ventre. Il lui semble mourir alors qu'elle regarde le joueur partir, la laissant seule. Elle se tient le ventre, regarde ses mains couvertes de son sang. Elle tombe à la renverse, morte. Le retour à la réalité est brutal, elle met le plus de distance entre elle et son ordinateur, ne souhaitant plus jamais remettre les pieds dans ce monde. II. Comment elle s'est retrouvé devant l'écran d'accueil ? La demoiselle ne saurait se l'expliquer, elle qui s'était juré de ne plus jamais y jouer. Le chargement se fait, ne lui laissant plus la possibilité de revenir en arrière, et la voila de nouveau plongée dans cet univers étrange. Elle fait ses premiers pas avec plus de réserve que la dernière fois. Elle se fait beaucoup plus discrète, évitant les autres joueurs. Elle rencontre quelqu'un qui semble appartenir à la même team qu'elle, cette histoire de team, elle a encore beaucoup de mal à comprendre, mais cela semble sous entendre qu'il n'a pas d'intérêt à la tuer aussi froidement que le premier joueur qu'elle a croisé. A ses côtés, elle apprend les rudiments du jeu, la mécanique des choses. III. Ses connexions sont de plus en plus fréquentes, bien qu'espacées. Il lui faut toujours quelques jours, voir quelques semaines pour se remettre des évènements qu'elle subit dans le jeu. Elle commence à tâtonner, à découvrir les différentes armes pour se défendre, à apprendre à les manier avant d'en choisir une qui l'accompagnera. Elle aime beaucoup le katana, bien qu'elle sache pertinemment qu'il lui faut une arme à feu sans quoi dans certaines situations elle n'aura clairement aucune chance. L'idée d'ôter une vie, même virtuelle, lui est très difficile a accepter, et ce ne serait qu'en dernier recours qu'elle arriverait à une telle extrémité.    IV. Elle retrouve les autres Ryks sur le jeu, une équipe au delà du système de team. Et bien vite, de nouveaux ennemis se dressent devant eux de part le jeu. Uranus décédé, ils doivent se venger. L'anglaise est perdue la dedans, refusant d'ôter des vies, se sentant bien elle aussi menacée par cette famille au désir de vengeance. Elle a bien peur de ne plus avoir le choix. Dans cette chasse à l'homme qui s'organise, elle redoute fortement la suite. V. Avec les nouvelles règles, la jeune femme repense à arrêter ce jeu dément. Elle s'étonne parfois d'avoir réussi à survivre jusque là et il serait peut-être temps d'arrêter définitivement. Sans ces teams, elle est plus en danger que jamais et préfèrerait peut-être ne plus prendre de risque. Elle s'en tient alors éloigné un temps. VI. Au mois de février, quelque chose la frappe. Cette année est bien l'année des 16 ans de l'enfant qu'elle n'a jamais vu. Evidement qu'elle va faire comme tout les jeunes de son âge et s'inscrire dans le jeu. La jeune femme pense alors à retrouver sa fille dans ce monde virtuel. Elle souhaite la rencontrer, lui parler, sans forcément lui révéler le réel lien qui les unit. Jamais jusqu'à présent elle n'avait eu envie d'apprendre a la connaitre, mais voila qu'elle se rendait bien compte qu'une opportunité en or s'offrait à elle. De plus le jeu sans les teams était encore plus dangereux qu'avant, les cadavres dans la vie réelle s'entassaient. Il était hors de question que sa fille rejoigne cette pile. VII. Dans ses habitudes de jeu, l'anglaise évite d'ôter la vie à autrui, elle préfère assommer, mettre K.O. mais a beaucoup de mal à tuer quelqu'un. Par principe, et parce qu'elle sait que cela n'est pas sans impact dans la vie réelle. Elle ne veut pas devenir une meurtrière. VIII. Avec le temps, elle a donc appris à manier les armes blanche, se servant souvent du plat de la lame pour assommer ses adversaires. IX. Jamais encore elle n'a ôté de vie à qui que ce soit, autant dans la vie réelle que dans le jeu. Et elle redoute fortement le jour où elle n'aurait plus le choix. X. Son principal objectif de jeu est de trouver sa fille, d'apprendre à la connaître et de s'assurer que personne ne vienne toucher à ses précieuses vies. Si quelqu'un osait ôter une vie à sa fille, Juliet n'hésiterait plus à elle-même faire usage de ses armes pour ôter une vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolaterain.forumactif.org
 
Présentation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation du studio Clamp
» Présentation Rismo : Ile de la Réunion, HTC HD2, Orange
» Présentation video: Classic Superstars 26
» Livre de présentation de photos "temporaires"
» Représentation du 28 novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chocolate Rain :: Darwin's Game :: Juliet Gray-Ryks-
Sauter vers: